lepidoptera.online © 2017 Adriaan van Os - Les Papillons de Corsavy et Montferrer   f


Nederlands, Français, English, Deutsch, Español, Lingua Latina, Català

Les Papillons de Corsavy et Montferrer

Index alphabétique, Liens externes et livres

Préface - Introduction, Habitat, Espèces, Détermination

Papillons diurnes, Noctuelles, Microlépidoptères

Papillons diurnes Noctuelles Microlépidoptères

introduction


Durant l'été 2017, j'ai visité le Tropique du Papillon, à Elne. Une partie couverte constitue un jardin de papillons tropicaux, qui vaut vraiment la peine d'être vu. A l'extérieur, le jardin comporte des plantes qui attirent les papillons. Mais a l'extérieur, il y a peu de papillons, même pas sur le Buddleja davidii ou "arbre aux papillons". Le problème, c'est que ... autour de Elne, il y a de nombreuses cultures utilisant de pesticides, mortels pour les papillons.

Voilà la triste réalité. Là où la "culture" humaine se développe, les papillons doivent de quitter leurs terres. Ils trouvent leurs derniers refuges dans les montagnes et les régions peu peuplées. Il n'y a plus que là qu'ils peuvent vivre, loin des activités destructrices.

Ce site web est consacré aux petits villages de montagne de Corsavy et Montferrer, dans les Pyrénées Orientales, où les papillons trouvent encore un bel espace de vie.




Corsavy, petit village de montagne au pied du Canigou ( 2784 m)

Habitat


Les papillons ont besoin de lumière, de soleil pour se réchauffer et de fleurs pour se nourrir de leur nectar. Dans une forêt naturelle, il y a des lisières, des clairières naturelles constituant les espaces dont les papillons ont besoin, mais on trouve aussi au sein de ces forêts les variétés de papillons qui ont besoin de forêt dense. Avec la destruction de ces forêts et les plantations de résineux d'une seule espèce, les papillons sont devenus dépendants de ces petits espaces de forêts naturelles répartis au milieu des cultures, et de leur gestion rationnelle (pdf). C'est pourquoi on trouve à Corsavy et Montferrer la plupart des papillons:

• le long des sentiers forestiers maintenus à peu près ouvert par les chasseurs
• dans des endroits avec pâturage (mais pas surpâturage), entre autres autour du col de La Descargue
• dans les endroits rocheux, naturellement ouverts
• par exemple sur le camping, qui est bien naturel tant que l'herbe haute n'a pas été coupée, où l'on trouve sur une petite surface plus de variétés de papillons diurnes que sur tous les espaces naturels des Pays-Bas réunis !

Les nuages qui se rassemblent autour du Canigou ont aussi un rôle: dans les Pyrénées-Orientales, il y a en effet plus de précipitations que du côté espagnol. Autour de Corsavy, on trouve en altitude de nombreuses ruisseaux de montagne et quelques chutes d'eau, d'importance variable.




Un sentier, près de Montferrer, entretenu par les chasseurs et apprécié par les papillons

Espèces


Corsavy et Montferrer se situent dans le département des Pyrénées Orientales en France. Dans ce département, 186 espèces de papillons diurnes et 1541 espèces de papillons nocturnes ont été observées. Sur ce site, vous trouverez 76 espèces de papillons diurnes. Dans le cas de 3, la détermination est incertaine. On y trouve aussi une centaine d'espèces de papillons nocturnes. Il y a apparemment beaucoup plus d'espèces nocturnes que je n'en ai photographié jusqu'ici. Les espèces diurnes suivantes ont été répertoriées à Corsavy et Montferrer mais je n'ai pas encore pu les photographier:

• Aglais urticae (La petite Tortue)
• Anthocharis cardamines (L'Aurore)
• Anthocharis euphenoides (L'Aurore de Provence)
• Callophrys rubi (L'Argus vert, la Thécla de la Ronce)
• Charaxes jasius (Le Jason, le Pacha à deux queues)
• Cupido argiades (L'Azuré du Trèfle)
• Cupido minimus (L'Argus frêle)
• Cyaniris semiargus (Le Demi-Argus, l'Azuré des Anthyllides)
• Erebia triarius (Le Moiré printanier)
• Hamearis lucina (La Lucine)
• Melitaea celadussa nevadensis
• Nymphalis polychloros (La grande Tortue)
• Plebejus argus (L'Azuré de l'Ajonc, le petit Argus)
• Pyrgus serratulae (L'Hespérie de l'Alchémille)
• Polyommatus dorylas (L'Azuré du Mélilot)
• Polyommatus thersites (L'Azuré de l'Esparcette, l'Azuré de Chapman)
• Zerynthia rumina (La Proserpine)

Un grand amateur de papillons a signalé la présence du Petit Mars changeant dans son jardin:

• Apatura Ilia (Le petit Mars changeant)

De plus, j'ai vu, mais pas photographié, ces 2 espèces:

• Thecla betulae (La Thécla du Bouleau), lors d'une promenade sans caméra, ce qui est évidemment le comble de la bêtise
• Chazara briseis (L'Hermite), qui s'est envolé avant que je puisse le photographier.

Si toutes les observations et les déterminations sont exactes, on arrive pour Corsavy et Montferrer à un total de 96 espèces diurnes, soit deux fois plus que pour tous les Pays-Bas !




Terrain rocheux, plus ou moins exposé, où les papillons se réchauffent volontiers au soleil

Détermination


Pour différentes espèces de papillons sur ce site, il s'avère que

• Une espèce ressemble à une autre, ou
• il est difficile de différencier une espèce d'une autre, ou
• Ils ne sont pas différenciables d'une autre espèce.

Les déterminations reposent sur des caractéristiques visuelles, basées par exemple sur des photos. Pour plus de précisions, il faut se baser sur des critères génétiques ou des analyses d'ADN, mais je laisse ces recherches aux scientifiques.

Le problème, dans la détermination de papillons difficiles à identifier, est que la variation naturelle au sein d'une espèce peut être plus grande qu'une caractéristique montrée par une vague détermination visuelle. En raison de cette difficulté à différencier des espèces voisines, l'exactitude de la détermination basée sur des critères visuels est de 50 à 70 % dans cette étude. Même chez des espèces qui se ressemblent avec des signes distinctifs, la certitude de la détermination basée sur des caractéristiques visuelles n'est pas toujours absolue. Dans ce type d'examen la certitude d'identification entre Le Voilier blanc et le Flambé est de 85 à 95 %.

La détermination est plus sûre si on tient compte d'autres critères comme:

• la date (période) à laquelle on rencontre le papillon, par rapport à la période d'activité de cette espèce
• Le territoire et l'altitude auxquelles le papillon vit
• le type de paysage où l'on rencontre le papillon ou sa chenille
• l'apparence de la chenille
• la plante sur laquelle la femelle pond de préférence.

Aucun de ces critères n'est absolu. Ce sont des indications qui nécessitent d'autre part une bonne détermination. Sur ce site, pour certaines espèces, un point d'interrogation ou une alternative est joint. Je reste ouvert à toute correction, suggestion ou critique positive.

Correspondance par Email adriaan@adriaan.biz ou par un avis sur la page Facebook correspondante.




Habitat "au-dessus des nuages": certaines espèces de papillons sont des spécialistes de l'altitude